Archives du mot-clé perspectives

Japanese animation, un ouvrage réflexif bienvenu

Vient de paraître il y a quelques jours un ouvrage collectif dont on peut supposer qu’il aura une place importante dans le développement des études sur l’animation japonaise. En effet, Japanese Animation – East Asian Perspectives, publié par les presses de l’université du Mississipi et édité par la chercheuse Tze-yue Hu, auteur de Frames of Anime, et Masao Yokota, ancien président de la JSAS (Japanese Society for Animation Studies), regroupe des textes d’auteurs et de chercheurs dont le travail offre un nouveau point de vue sur le sujet, déjà largement abordé par la littérature anglo-saxonne, de l’histoire de l’animation japonaise.

Japanese+Animation%3Cbr+%2F%3E+East+Asian+Perspectives

Il ne s’agit donc pas, insiste Hu dans l’introduction de l’ouvrage, d’un nouveau livre sur l’animé, mais bien d’une réflexion méthodologique sur l’approche et l’enseignement que devrait permettre cette cinématographie, à partir d’une réflexion menée lors de la conférence annuelle de l’EAJS en 2008 autour du thème ‘Teaching and Researching Japanese Animation’.

Le projet semble de fait fondé sur une forte ambition pédagogique, celle de mettre à disposition des chercheurs hors du Japon des textes qui n’avaient jamais été traduits jusque là : « pouvoir faire référence aux sources primaires traduites en anglais permet de rendre ce champ d’études moins obscur et intimidant, et réduit les chances de mauvaise interprétation et d’incompréhension. Ce sont les principaux problèmes rencontrés par les chercheurs étrangers qui tentent d’accéder aux matériaux disponibles uniquement en langue japonaise. » (p. 4) Hu souligne également que, issue d’un département d’études cinématographiques, sa formation ne lui permettait pas une parfaite compréhension des sources japonaises nécessaires à son travail de thèse (Understanding Japanese Animation, Université de Hong Kong, 2002), sans que les spécialistes de cinéma japonais semblent de leur côté s’intéresser à ce médium populaire.

L’intérêt de cet angle de vue, outre sa réflexivité bienvenue, est qu’il permet de se pencher sur l’histoire de l’enseignement et de la recherche au Japon, depuis la création de la JSAS (1998) en particulier. Celle-ci occupe d’ailleurs deux chapitres de la première partie de l’ouvrage, accompagnés de commentaires sur la recherche au Japon, dont un article du célèbre historien de l’animation japonaise Nobuyuki Tsugata et un autre de l’actuel président de la JSAS, Masashi Koide. Hu note de son côté que la tendance de l’édition au Japon semble plutôt de se concentrer sur une méta-approche du phénomène, à l’image de Anime bunka gaikô de Sakurai Takamasa, qui évoque ses rencontres avec des fans étrangers.

Hu conclue donc que « non seulement ce livre aborde et fait montre de la pertinence d’une approche de l’animation japonaise comme faisant partie intégrante de l’histoire et de la culture japonaise, mais il sert également de guide revu pour le développement de cours et de recherches en lien avec les associations asiatiques […] Ainsi, les perspectives est-asiatiques présentées ici ne visent pas seulement à stimuler une compréhension active de l’enseignement et de la recherche sur le sujet, mais espèrent inspirer de nouvelles voies concernant l’animation japonaise en général » (p. 14).

Il semble que ce projet dans son dessein d’ensemble soit louable, dans la mesure où il refuse de fermer l’étude de ce cinéma aux étudiants et chercheurs qui ne maîtriseraient pas la langue, et sous-entend quelque part la nécessité pour la recherche japonaise de s’ouvrir au monde extérieur. Pourtant, il est difficile de se départir du sentiment qu’une telle ségrégation nationales des auteurs, dont on souligne bien sûr la proximité culturelle avec le Japon qui renforceraient leur compréhension des œuvres, laisse la porte ouverte à une vision extrêmement essentialiste des études cinématographiques, qui ne serait pas à même de faire avancer la recherche dans ce domaine, qui souffre déjà largement de l’hostilité entre spécialistes de la culture populaire et japonologues.

 

RÉFÉRENCE

Yokota Masao et Hu Tze-yue, Japanese animation: East Asian perspectives, Jackson, University Press of Mississippi, 2013, 256p, 41€, en vente ici.

SOMMAIRE

Frameworks of teaching and researching Japanese animation – Tze-yue Hu

Some thoughts on the research essays and commentary – Masao Yokota

A bipolar approach to understanding the history of Japanese animation – Nobuyuki Tsugata

Reflections on the Wan Brothers’ letter to Japan: the making of Princess Iron Fan – Tze-yue Hu

On the establishment and the history of the Japan Society for Animation Studies – Masashi Koide

More history of the Japan Society for Animation Studies – Hiroshi Ikeda

Chiyogami, cartoons and silhouette: the transition of Ôfuji Noburô – Akiko Sano

The Japanese Walt Disney: Masaoka Kenzô – Yasushi Watanabe

Animating for ‘whom’ in the aftermath of a World War – Tze-yue Hu

Tezuka and Takarazuka: intertwined roots of Japanese popular culture – Makiko Yamanashi

Growing up with Astro Boy and Mazinger Z: Industrialization and Japanese animation in the art and culture of South Korea – Dong-yeon Koh

From haiku and handscroll to Tezuka: refocusing space and camera in narrative of animation – Kenny Chow

Grotesque cuteness of shôjo: representations of Goth-Loli in contemporary Japanese TV anime- Akiko Sugawa-Shimada

Animated interracial romantic fantasies: Japanese male and non-Japanese female characters – Joon yang Kim

3D computer graphics: creating and teaching professionnal animated techniques in Innocence and Doraemon – IKIF

Animation and psychology: the midlife crisis of Kawamoto Kihachiro – Masao Yokota

The background of the making of Flying Phantom Ship – Ikeda Hiroshi